Remembering Lebanon - Mémoire du Liban

9/27/2005

Quand l’esprit de résistance est plus fort que les horreurs de l’occupation

Quand l’esprit de résistance est plus fort que les horreurs de l’occupation
La villa Philippe Raymond Jabre, ancien siège des SR syriens au Metn, se remet à vivre
L'article de Patricia KHODER
L'Orient-Le Jour, 27/9/2005La villa Philippe Raymond Jabre, au Bois de Boulogne, qui avait abrité le quartier général des services de renseignements syriens pour le Metn, de septembre 1978 jusqu’à mars 2005, respire à nouveau la vie.

Avant son occupation par les troupes de Damas, la villa protégeait le bonheur d’une famille unie. Après avoir été témoin durant 28 ans de la souffrance et de l’humiliation d’un peuple, la résidence a accueilli à nouveau, récemment, l’espace d’une messe et d’un déjeuner, ceux qui l’avaient habitée depuis sa construction à la fin des années quarante, leurs enfants, petits-enfants, parents proches, amis et voisins du Bois de Boulogne. Bref, ceux qui étaient là avant l’occupation. La villa et son jardin, l’espace que beaucoup ont craint durant 28 ans, sont redevenus accueillants, rassurants. Un grand drapeau libanais flotte désormais à l’entrée de la résidence.

Les croyants compareront l’histoire de la villa au symbolisme de la Résurrection. D’ailleurs, c’était bien le thème de l’homélie du père Antoine Achkar, qui a célébré la messe. D’autres verront plus communément la force de la vie qui prend le dessus sur la mort, la foi en un avenir meilleur, ou tout simplement la preuve – encore une – de la capacité de résistance d’une famille, d’un peuple, face à l’occupation. La preuve que rien ne dure éternellement.

Il faudra environ trois ans pour que la villa Philippe Raymond Jabre soit entièrement restaurée. Mais déjà les travaux y ont été entamés, faisant d’elle la première résidence à retrouver, tant soit peu, l’allure qu’elle avait avant l’occupation, et ce grâce à l’initiative et la volonté de son propriétaire, Philippe.

Il a fallu plus de quatre mois pour nettoyer entièrement la villa et son jardin. Le bâtiment a été ensuite ensablé de l’extérieur ; les pierres ont retrouvé leur belle couleur blanche. Dans le jardin, 150 pins ont été plantés.

Bien qu’il lui faille encore beaucoup pour qu’elle regagne sa splendeur d’antan, la villa Jabre, ancien quartier général des SR syriens, est méconnaissable.

C’est avec beaucoup d’émotion et les yeux noyés de larmes que les membres de la famille et les amis ont retrouvé la bâtisse après le retrait syrien.

« Nous avons habité la maison 29 ans, les Syriens 28 »

Il n’est certes pas facile de se retrouver dans un endroit chargé de souvenirs et dont on a été privé durant 28 ans, surtout quand des membres de la famille qui se sont sacrifiés pour préserver la terre ne sont plus physiquement présents pour faire partie de la fête.

Michel Jabre, le frère de Philippe et le fils de Raymond, est mort en martyr, avec six de ses camarades, le 29 septembre 1976, au tout début de la guerre, sur les barricades, à Tarchich, non loin de là. Il avait 20 ans.

Victor Jabre, l’oncle de Philippe, a péri il y a quelques années. Il s’était marié avant la guerre dans les jardins de la résidence. En septembre 1978, lors de l’entrée des troupes de Damas dans la région, il était au Bois de Boulogne, dans la villa voisine, celle de son frère François, qui a été elle aussi occupée par l’armée syrienne et qui est également en cours de restauration. Le jour où les Syriens avaient investi les lieux, ils voulaient le fusiller sous un arbre du jardin. Il avait échappé à la mort par miracle.

Son épouse, Arlette, possède de vieilles photos qui permettent de retrouver le bonheur passé. Au cours de l’occupation, elle s’était rendue une fois dans la villa. « Je voulais montrer la résidence à mes enfants…Les soldats étaient présents et ils avaient mis des cloisons à la place des portes, bloqué des corridors… Alors je leur ai montré les véritables chemins à l’intérieur de la villa, ils n’étaient pas très satisfaits », raconte-t-elle.

Carla François Jabre, qui a grandi dans la villa voisine, se souvient : « Nous étions sept enfants à jouer dans cette résidence. C’est la maison de mon grand-père. Nous ne partions pas en voyage pour l’été. Nous restions là au Bois de Boulogne. » Celle qui habite actuellement les États-Unis poursuit : « Il y avait les randonnées à bicyclette, les célébrations du 15 août, les bals des enfants au Château du bois. Nous faisions souvent de la marche jusqu’à la place du Bois de Boulogne. Une fois par semaine nous allions à Khonchara pour remplir des cruches d’eau potable, nous nous rendions chez Haoui à Dhour el-Choueir pour déguster du chocolat mou. Ce café-trottoir n’existe plus…» Mais comme pour s’empêcher de se lamenter sur le passé, elle indique : « J’ai toujours su qu’ils allaient partir un jour. Je n’ai jamais perdu espoir. »

Son père François pense à la restauration. Depuis le départ des Syriens, il se rend trois fois par semaine dans sa propre villa. « Tout est à refaire, il ne reste plus rien que les murs et le plafond. Le chantier a déjà commencé », indique-t-il.

Raymond Jabre, qui a légué il y a trois ans – avant le départ des Syriens – la propriété à son fils, regarde pensif le grand jardin. « Durant 28 ans, ils avaient dissimulé leurs tanks ici, il y en avait une douzaine, indique-t-il. Ils ont brûlé et coupé les arbres. Plus de 600 pommiers ont été utilisés comme bois de chauffage… Il n’y a plus que la carcasse de la villa. En 28 ans, je me suis rendu trois fois à la maison, j’ai été dégoûté... À plusieurs reprises, ils nous avaient promis de quitter les lieux, en vain. C’est l’assassinat de Rafic Hariri qui les a obligés de partir. Nous avons habité la maison durant 29 ans, les Syriens, eux, l’ont occupée 28 ans », conclut-il.

« C’est ma maison et elle n’est pas celle de la mort »

Philippe Jabre, la quarantaine, évoque lui aussi les périodes presque égales où, tour à tour, sa famille et les troupes de Damas ont occupé les lieux. Établi à Londres et père de quatre enfants, il se tourne vers l’avenir. Il parle de « passation de flambeau » : la villa a été construite par son grand-père Michel en 1947. Ce dernier était parti en Amérique latine puis en Afrique, avant de rentrer au Liban.

Philippe Jabre, comme le reste de sa famille, ne tient pas superficiellement aux pierres de la façade ou aux arbres du jardin. Il va au-delà de tout ça et parle de « racines, d’histoire familiale ». Et le fait que la maison ait servi de quartier général des SR syriens ne fait probablement qu’augmenter sa volonté de la reconstruire, pour qu’elle abrite à nouveau le bonheur de sa famille.

« Quand je suis arrivé à la villa, après le départ des Syriens, une phrase qu’ils avaient inscrite sur un mur m’a frappé : “Nous sommes les hommes de la mort”. C’est ici que j’ai grandi, c’est ma maison : elle n’est pas celle des ténèbres. Et il est impensable que l’on permette à des personnes qui sont restées là durant 28 ans de nous vaincre », dit-il, résolu.

Il reconnaît que, durant la présence syrienne, la villa a été témoin de beaucoup de souffrance, « de toute la cruauté des hommes ». D’ailleurs, avant d’entamer la restauration, il a eu peur de découvrir un charnier. Il avait donc décidé de fouiller le jardin. « Nous n’avons trouvé aucun ossement. Les dossiers trouvés dans la villa et les inscriptions sur les murs de ce qui servait de cellules de prison seront documentés », indique-t-il.

Le propriétaire de la résidence ne veut pas oublier le passé. Il veut tout simplement tourner la page pour que la villa reprenne sa splendeur d’antan.

Et c’est en partie à cause des souffrances dont la villa a été témoin que Philippe Jabre et son épouse Zaza ont tenu à célébrer une messe pour marquer le début d’un nouvel avenir.

D’autres initiatives ont été prises. Le jardin de la résidence servira plus tard à des activités sociales et caritatives. L’infrastructure pour la réussite de ces activités existe déjà à travers l’Association Philippe Jabre (APJ) qui assure des aides universitaires, institutionnelles et socio-médicales.

Durant l’été, des scouts ont campé dans une partie du jardin. « Ce sont les jeunes et les enfants qui ramèneront un souffle de pureté à la villa, témoin de tant de souffrances. Plus tard, des colonies de vacances seront proposées », indique Zaza Jabre.

« J’ai vu les murs et les gens revivre »

À l’instar de tous les propriétaires de la région, la famille Jabre a rêvé du moment où elle récupérerait l’espace qui lui avait été ôté. Ce n’est que quelques jours après l’évacuation qu’elle s’est rendu compte, comme beaucoup d’autres Libanais, de l’ampleur des humiliations, des souffrances et des horreurs que les soldats syriens avaient infligées à des milliers de Libanais détenus dans la résidence.

Pour la famille, l’espace qui était chargé de bons souvenirs s’est transformé en un endroit qui représentait désormais « trop de malheurs pour beaucoup de gens ». Les propriétaires ont pris la décision d’inverser la vapeur. Et pour que la villa abrite à nouveau le bonheur, il fallait penser aux enfants, seuls capables de transformer les choses. C’est pour cette raison que les scouts ont été invités à camper à la villa Jabre, dès que le jardin avait été nettoyé.

Claude Jabre Issa, la sœur de Philippe, a été la première à entrer dans la villa après le départ des Syriens, le 13 mars dernier. « Ils venaient de quitter les lieux. J’avais la jambe plâtrée et je me déplaçais à l’aide de béquilles », dit-elle. Tout le long de l’occupation syrienne, Claude n’est jamais entrée dans la villa.

Pour elle, en 1978, l’occupation de la résidence était une affaire secondaire : « Mon frère Michel est mort deux ans auparavant, le 29 septembre 1976, non loin d’ici…Quand on perd des personnes qu’on aime, les choses matérielles deviennent complètement secondaires », ajoute-t-elle.

« Avant le décès de Michel, la villa était témoin de beaucoup de bonheur. Il aimait tant cet endroit », indique Claude Jabre.

Nagy Khoury, ancien ami de Michel qui a péri sur les barricades, n’avait pas mis les pieds dans cette résidence « depuis 1976 ». Il évoque ses souvenirs, les plus beaux. « Nous avions peut-être 18 ans. C’était durant les années soixante-dix. Michel avait décidé d’organiser un bal à thème. Nous devions nous présenter habillés en châtelains du XVIIe siècle. Nous étions six couples. Il y avait un voiturier, un crieur, un dîner assis, de la valse… Tout ça pour douze personnes », raconte-t-il.

Nagy Khoury a visité les lieux évacués par les Syriens avec beaucoup d’émotion. « J’ai revu Michel assis dans le petit salon en train de parler au téléphone », dit-il. Même si l’endroit a été saccagé et même si beaucoup de temps est passé depuis sa dernière visite, Nagy a vu « les murs et les gens revivre ».

Il est de ces endroits, même témoins des pires atrocités, qui ne peuvent pas être souillés ou qui peuvent être facilement purifiés. Il suffit que les personnes qui les possèdent soient armées d’amour et de foi. C’est le cas des propriétaires de la villa Jabre, ceux qui l’ont construite et habitée et non ceux qui l’ont occupée.

Un cèdre que Michel Jabre avait planté il y a plus de trente ans veille toujours sur la villa. Malgré les humiliations et les horreurs, l’arbre, symbole de tout un pays, est toujours vivant.

De septembre 1978 jusqu’à mars 2005, les habitants de la région passaient devant la villa Jabre, le profil bas et la peur au ventre. Ceci fait désormais partie du passé.

1 Comments:

  • Bonjour, mon nom est Alain.

    La complexité du moyen-orient, malgré toutes ses beautés, m'échappe et j'admet l'incompréhension. C'est en cherchant sur Google, ah ce modernisme, que je suis atterri sur votre blog.

    J'ai 57 ans, je vis au Québec (Canada) et je suis à écrire un manuscrit. Celui-ci porte sur le 11 septembre, en fond de scène. Un jeune libanais, dans ma fiction, y est mêlé et je raconte sa vie en me référant à ce que je trouves comme info sur le web. Je tiens tout de même à ce que mon personnage possède l'histoire de la région de Beyrouth.
    Alors voilà, je préfèrerais communiquer avec une personne qui connait l'histoire. Pourriez-vous être ce lien direct ou indirect ?

    By Blogger saguebleu, at 3:10 AM  

Post a Comment

<< Home